Productivité : comment j’organise mes semaines en tant que Freelance

S’il y a bien une chose qui ne me manque pas depuis que je suis à mon compte, ce sont les horaires et l’organisation sclérosée et imposée en entreprise. Quelle bêtise d’attendre une certaine heure avant de partir, de peur que ça jase, alors même qu’on a fini les tâches de la journée. Et quelle joie de s’autoriser une petite balade en forêt un beau jour ensoleillé pour la simple et bonne raison qu’on en a envie ! Adieu les règles arbitraires et bonjour l’organisation en bonne intelligence.

Des horaires de bureau pour ma relation avec mes clients

Il faut bien reconnaître une chose : les horaires de bureaux sont un garde-fou pour le travail. Cela évite de devoir répondre au téléphone en plein milieu de la nuit, ou de devoir régler une « urgence » alors qu’on est en famille un dimanche midi. 

C’est pourquoi j’ai décidé de les adopter pour tous mes échanges avec mes clients et mes prospects. Je suis disponible de 9h30 à 18h30, du lundi au vendredi pour caler un rendez-vous, répondre à des mails, ou pour organiser un Zoom. Pas avant et pas au-delà. Le midi, je m’octroie une pause plus ou moins grande, à des horaires variables.

En ce qui concerne le week-end c’est vraiment off limits : je ne regarde pas mes mails, je ne réponds pas au téléphone, et je limite mon temps passé sur les réseaux sociaux. C’est non négociable !

A priori, mes clients sont disponibles à ces mêmes horaires, il me semble donc logique de leur demander de ne pas les dépasser. Parce que je travaille pour vivre et non l’inverse, je ne compte pas empiéter sur mon temps personnel. Et par respect pour la vie privée de mes interlocuteurs, je n’envoie pas non plus de mails en dehors de ces horaires. Ça me semble être la moindre des choses !

Notez tout de même qu’il m’est arrivé de ne pas être prise pour une mission à cause de ces conditions. Mais pas de regret ! J’ai choisi la vie de Freelance pour pouvoir moduler ma vie professionnelle comme je l’entends. Un prospect qui souhaite me faire travailler le week-end n’est simplement pas un client pour moi, tout comme je ne suis pas la Freelance qui lui faut.

Plus de flexibilité dans mon travail effectif 

Lorsque je facture une mission à mes clients, j’évalue le temps que je vais devoir passer pour la réaliser. La journée est mon unité de temps : je facture au taux journalier moyen (TJM). Mais dans les faits, on me paye lorsque j’ai réalisé la prestation. Ce qui veut dire que lorsque je rédige un planning éditorial de publications Instagram, que je facture une journée et demie, je peux répartir ce temps comme je l’entends dans ma semaine, tant que je respecte la deadline du livrable.

Cette liberté me permet de respecter mes coups de mou ou mes excès de motivation qui, comme chacun sait, ne suivent aucune plage horaire prédéfinie par les grands manitous du travail ! Je fais donc confiance à mon corps et à mon moral pour être la plus productive possible.

Par exemple, je sais qu’en milieu d’après-midi, je suis souvent portée par une vague de créativité qui me permet de rédiger des articles pendant plusieurs heures. En revanche, le matin quand je suis encore sur la pente montante de mon énergie, je préfère gérer mes mails et planifier ma journée, et pendant ma digestion, dans les environs de 14h, j’aime bien caler mes rendez-vous pour garder le reste de l’après-midi en un seul bloc.

Il m’arrive en pleine journée de m’octroyer une balade en forêt, une pause vaisselle, ou de caler un rendez-vous médical. Et de la même façon je ne m’interdis pas des soirées rédaction ou prospection quand je me sens particulièrement inspirée !

Je constate qu’en écoutant mes envies et mes besoins, je suis raisonnable, je culpabilise moins, et surtout, je suis plus efficace ! Je crois en la gestion efficiente du temps, pas au productivisme qui pousse au burn-out. Je suis ma propre patronne, et sans vouloir me jeter des fleurs, je m’efforce d’être la meilleure manageuse possible.

Quid des vacances ? 

Vous l’avez sûrement compris si vous êtes arrivés jusqu’ici dans la lecture de ce billet : pour moi le temps perso est sacré ! J’aime énormément mon travail et c’est pour cette raison que je refuse de me tuer à la tâche afin de ne jamais le détester. Je le répète encore une fois mais le travail est avant tout un moyen de vivre, et non ma raison de vivre. Aussi lorsque je déciderai de partir en vacances, je l’aurai bien mérité. 

Dans ce cas-là, il me semble plus sain de couper complètement avec le travail : pas de notifications de mail, pas d’ordinateur ou de tablette et peu ou pas de réseaux sociaux. Mais depuis le début de mon activité, en dehors de week-ends prolongés entre deux missions, je n’ai encore jamais pris de vrais congés. Je vous donne rendez-vous dans un futur billet de blog lorsque j’aurai expérimenté la gestion de mes prochaines vacances !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s